La saison estivale s’installe tranquillement et nos envies de partir sur un no where en road trip deviennent de plus en plus fortes. Prendre la route, oublier les tracas, les cheveux aux vents… le rêve! La réalité ne nous le permet toutefois pas toujours et c’est à ce moment que la littérature vient à notre rescousse. Je vous ai donc concocté une sélection d’œuvres littéraires où la route et l’aventure font la paire pour vous évader l’espace d’un instant. Bon voyage!

 

Cherchez le vent de Guillaume Vigneault

Chercher le vent de Guillaume Vigneault

Les éditions du Boréal
145 pages

Résumé de l’éditeur :

La paix a son prix, et il faut parfois brûler les ponts. Il y a déjà longtemps que Jack vit sans Monica. Longtemps aussi que Jack vit sans Jack, un peu. Mais on a beau enterrer les souvenirs, l’érosion fait son travail. Chercher le vent nous entraîne sur la route, la route sans destination, simplement parce qu’il faut bouger, parce qu’il faut prêter ses voiles au hasard.

«Un roman à travers lequel, en mêlant aux ingrédients poivrés du romantisme moderne une pointe liquoreuse de sentimentalisme, l’auteur confirme son indéniable doigté dans l’art de réussir les plus savoureux cocktails.»
Bernard Le Saux, Figaro Magazin

 

Volkswagen blues de Jacques Poulin

Volkswagen blues de Jacques Poulin

Leméac Éditeur

328 pages

Résumé de l’éditeur :

Un écrivain part à la recherche de son frère Théo dont il est sans nouvelles depuis plusieurs années. Amorcé à Gaspé, au Québec, son périple le conduira jusqu’à San Francisco, non sans un détour du côté de l’Amérique profonde, celle des grandes villes – Detroit, Chicago –, des lieux chargés d’histoire – Wounded Knee, Ash Hollow, Starved Rock –, des villages perdus. Au début du voyage, Jack fait la rencontre d’une jeune métisse surnommée affectueusement « la Grande Sauterelle » en raison de sa haute et maigre silhouette. En sa compagnie, il entreprend une véritable traversée à rebours de ses racines canadiennes-françaises sur le continent américain, tandis que la jeune femme tente de définir les contours d’une fragile identité amérindienne.

Une autre idée du bonheur de Marc Levy

Une autre idée du bonheur de Marc Levy

Les éditions Robert Laffont

402 pages

Résumé de l’éditeur :

Philadelphie. Au premier jour du printemps 2010, Agatha sort de prison, mais pas par la grande porte. Après trente ans derrière les barreaux, il ne lui restait que quelques années à faire. Alors pourquoi cette évasion ? Dans une station-service proche du campus, elle s’invite à bord de la voiture de Milly et l’entraîne dans sa cavale sans rien lui révéler de sa situation.

Dotée d’un irrésistible appétit de vivre, Agatha fait voler en éclats la routine confortable de Milly. Vingt ans les séparent, mais au fil du voyage les deux femmes partagent ces rêves qu’il n’est jamais trop tard pour réaliser et évoquent ces amours qui ne s’éteignent pas. Cinq jours en voiture à travers les États-Unis… À chaque étape, une rencontre avec un personnage surgi du passé les rapprochera du secret d’Agatha.

Jusqu’où devons-nous aller dans notre quête insatiable du bonheur ? À quoi ne faut-il jamais renoncer ? Dans ce roman, Marc Levy réaffirme notre besoin inconditionnel de liberté et nous fait aussi découvrir un pan méconnu de l’histoire américaine.

Le monde est derriere toi de Marian De Smet

Le monde est derrière toi de Maria De Smet

Actes Sud Junior

208 pages

Résumé de l’éditeur :

Eppo, 17 ans, fait du stop depuis les Pays-Bas pour se rendre en France. Il espère qu’il ira mieux en voyageant. En Belgique, il est pris en stop par Tabby, une jeune fille débordante d’énergie et qui lui pose un tas de questions, y compris intimes. Mais Tabby a aussi ses secrets. Tous deux fuient quelque chose, s’apprivoisent, se dévoilent peu à peu, pour faire naître une belle amitié. Un « road trip » attachant, en forme de récit d’initiation, porté par une écriture très fine.

Pourquoi pas de Mylene Viens

Pourquoi pas? de Mylène Viens

Éditions David

304 pages

Résumé de l’éditeur :

Atteinte de dystrophie musculaire, Myriam décide, après avoir fini son secondaire, de déployer ses ailes et de prendre son envol. Bousculée par son pneumologue qui lui demande abruptement « Veux-tu vivre? », elle se dit qu’elle ne peut plus attendre pour réaliser le voyage dont elle rêve depuis si longtemps. Avec son vieux chauffeur d’autobus, Mike, son amie Élizabeth et un copain, Scott, elle quitte pour la première fois le nid familial en direction de Québec pour enfin savourer sa liberté et repousser ses limites.

Entre un bris mécanique et un saut en parapente, Myriam apprendra à composer avec sa vie différente des autres, certes parsemée d’embûches, mais combien savoureuse. Parce que personne n’est condamné tant et aussi longtemps qu’il ne se condamne pas lui-même, mais surtout parce que rien n’est impossible si on y croit, Mylène Viens, tout comme son personnage Myriam, ose crier haut et fort : « Pourquoi pas ? » dans cette autofiction à la fois drôle et émouvante.

Nous revions juste de liberté de Henri Loevenbruck

Nous rêvions juste de liberté de Henri Loevenbruck

Éditions Flammarion

432 pages

Résumé de l’éditeur :

« Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté. » Ce rêve, la bande d’Hugo va l’exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l’indépendance et l’amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paie cher. Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d’être à la fois un roman initiatique, une fable sur l’amitié en même temps que le récit d’une aventure. Avec ce livre d’un nouveau genre, Henri Loevenbruck met toute la vitalité de son écriture au service de ce road-movie fraternel et exalté.

Chapardeuse de Rebecca Makkah

Chapardeuse de Rebecca Makkai

Éditions Gallimard

384 pages

Résumé de l’éditeur :

Lucy, célibataire pas encore trentenaire, est bibliothécaire dans une petite ville perdue du Middle West. Ian, dix ans, fils unique de chrétiens fondamentalistes homophobes, est son plus fidèle lecteur. Un beau matin, elle le découvre sur son lieu de travail réfugié parmi les livres. Contre toute attente, elle ne va pas le ramener tout de suite à ses parents. Ensemble, ils vont parcourir plusieurs États de cette Amérique post 11-septembre. Pour ce gamin rêveur, c’est la découverte du vaste monde ; pour elle, l’occasion de s’interroger sur ses origines russes, le déracinement de ses ancêtres et leurs aspirations à plus de liberté.

Etta et Otta (et Russell et James) de Emma Hooper

Etta et Otto (et Russell et James) d’Emma Hooper

Éditions Alto

408 pages

Résumé de l’éditeur :

Etta, 83 ans, a toujours voulu voir la mer. Un matin, elle enfile ses bottes, emporte un fusil et du chocolat, met le cap à l’est et entame les 3 232 kilomètres qui séparent l’océan de sa ferme en Saskatchewan. Otto, son mari, connaît bien la mer. Il l’a traversée il y a bien des années pour prendre part à une guerre lointaine. Il découvre à son réveil la note que lui a laissée sa femme : J’essaierai de ne pas oublier de rentrer. Il se résigne à accepter la décision de son épouse. Russell, voisin et ami d’enfance d’Otto, ne peut abandonner Etta et part à la recherche de celle qu’il a toujours aimée à distance.

Ce premier roman lumineux, méditation délicate et tendre sur la mémoire et les racines profondes de l’amour, a révélé le formidable don de conteuse de l’auteure des Chants du large.

Okanagan de Sara Lazzaroni

Okanagan de Sara Lazzaroni

Leméac Éditeur

168 pages

Résumé de l’éditeur :

Léa a grand besoin d’air. Pour guérir de la peine d’amour qui l’a laissée blessée et amère, il lui faut bouger à tout prix, fuir Québec, fuir Loïc qui ne l’aime plus. Sur un coup de tête, elle quitte son travail auprès des personnes âgées, vide son compte en banque jusqu’au dernier sou et monte, avec quelques amis, dans un tacot pourri. Direction : l’Ouest canadien, la vallée de l’Okanagan. Là où, depuis des générations, de jeunes hippies vont cueillir des fruits, faire la fête, se soûler de liberté et découvrir le charme ensorcelant du no future. Dans ce climat d’insouciance où tout prend des allures de renouveau, Léa recouvre ses forces, apprend la solidarité et, entre la solitude de l’écriture et le réconfort de la vie grégaire, trouve son point d’ancrage, l’exact lieu de son équilibre.

Avec ce troisième roman, l’auteure de Patchouli et de Veiller la braise nous offre une aventure enivrante en même temps qu’une réflexion profonde sur cette vie qui ne cesse de nous défier. Elle le fait avec une clairvoyance et une maturité qui n’ont pas fini de nous étonner.

Le cherche bonheur de Michael Zadoorian

Le cherche bonheur de Michael Zadoorian

Éditions 10 18

288 pages

Résumé de l’éditeur :

Pour John et Ella, soixante ans de mariage au compteur, c’est l’heure de la grande évasion ! Bravant l’interdit familial et médical, ils quittent Detroit à bord de leur camping-car, direction la Californie, via la mythique route 66. L’un a la mémoire qui flanche, l’autre le corps en déroute, mais il n’est jamais trop tard pour partir à la conquête de son bonheur!

Ils en ont fait un film!

Pas le temps de lire le livre? Voyez l’adaptation cinématographique du roman avec L’Échappée belle (The Leisure Seeker). Psst…! Il est disponible sur Netflix.

(Visited 604 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *