Beaux et bêtes — Michel-Rémi Lafond

Finaliste au Prix Coup de cœur littéraire 2016 de la Ville de Gatineau

En plein voyage d’écriture en France, l’auteur M. Michel-Rémi Lafond a bien voulu me parler du processus d’écriture de son recueil de nouvelles Beaux et bêtes, finaliste au Prix Coup de cœur littéraire 2016 de la Ville de Gatineau.

Résumé

Beaux et bêtes regroupe 15 nouvelles littéraires où animaux et nature humaine se côtoient, se mélangent et fusionnent. Passant du scorpion, au renard, à l’oursin et à la panthère, ces animaux mis de l’avant sont considérés comme des figures de totem dans la culture amérindienne et servent ainsi de métaphore aux pulsions de l’être humain.

Parce que la vie ne va jamais comme on le souhaiterait, M. Lafond nous dresse des portraits de personnages vivant dans la grande ville de Gatineau qui sont confrontés à de grandes épreuves.

L’envers du décor

La rédaction de ce recueil de nouvelles a débuté en 1995, il y a plus de vingt ans, après que M. Lafond ait publié sa deuxième nouvelle dans un collectif. Alors président de l’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais et membre de la maison d’édition Vents d’Ouest, celui-ci était responsable de la création d’un recueil de nouvelles. Au cours des années, après plusieurs lectures de nouvelles, M. Lafond était toujours aussi fasciné par la forme de ce texte : « Il n’y a pas de fioritures en nouvelle, il faut une chute imprévue! Le principe du nouvelliste c’est de prendre un lecteur, l’amener sur un terrain qu’il croit sûr et le surprendre à la fin. Il faut qu’il se dise :  » je me suis bien fait mettre en bateau!  » », m’explique-t-il.

L’idée de départ

C’est à la suite de l’une de ses lectures que l’idée originelle du recueil Beaux et bêtes est née. « Mon influence est assez particulière. Il y a une influence amérindienne, mais aussi une influence québécoise avec Louis Fréchette, un écrivain du 19e siècle. Je ne me suis pas inspiré de lui, mais son œuvre Originaux détraqués m’a inspiré, ce sont des contes qu’il a  écrits au 19e siècle que j’ai lus quand j’étais au collège classique. Ça m’a toujours fasciné cette façon de voir. Je me suis dit, je vais créer au 21e siècle un recueil de nouvelles qui pourrait ressembler à Originaux détraqués, mais dans une formule très contemporaine. »

Un environnement gatinois à tout prix

Gatineau est souvent dans l’ombre d’Ottawa ou des autres grandes villes. M. Lafond a donc souhaité lutter à sa manière contre ce fléau de plus en plus répandu en mettant en scène ses personnages au Lac-Leamay, dans le Parc de la Gatineau ou dans le quartier du Vieux Hull. « Ce qui m’a aussi poussé à écrire ce recueil c’est que je voulais mettre en scène Gatineau et ses environs, des lieux qui sont trop souvent délaissés au profit des grandes villes comme Montréal, Québec ou Ottawa. »

Extrait

« Un jour, il n’était plus rentré. Parfois, on peut l’apercevoir dans une rue ou dans un parc. Le plus souvent, on le rencontre devant le 2, rue Aubry, avec barbe longue et jaunie, cheveux hirsutes et cotonnés, revêtu d’un complet défraîchi, portant des godasses boueuses. »

— Michel-Rémi Lafond. (2015). Beaux et bêtes. Ottawa : Les Éditions L’Interligne. p.13

À propos de l’auteur

Michel-Rémi Lafond en séance de dédicace au Salon du livre de l'Outaouais en 2015
Michel-Rémi Lafond en séance de dédicace au Salon du livre de l’Outaouais en 2015 – © Michel-Rémi Lafond

Évoluant en tant qu’écrivain depuis plus de 25 ans, M. Lafond a publié de nombreuses œuvres dans des genres distincts, autant de la poésie que des romans et des nouvelles. Des idées encore plein la tête, celui-ci s’est consacré entièrement à sa passion littéraire à la fin de sa carrière de professeur et de consultant.

« Quand j’ai pris ma retraite en 2012, les gens me demandaient pourquoi je quittais et je disais que c’était pour voyager et écrire alors c’est ce que je fais ! Tant que j’aurais l’imagination qui me permet d’écrire, je vais le faire! » m’assure-t-il sourire aux lèvres.

Plusieurs projets sont à venir en 2017 pour cet auteur qui travaille actuellement en simultané sur un recueil de poésie, un essai, un recueil de nouvelles et un roman. En mars prochain, il sortira notamment un roman intitulé La lumière du soleil n’éclaire pas toujours ce que l’on croit sous les éditions L’interligne, à Ottawa. En attendant, nous pouvons toujours suivre ses découvertes dans ses articles publiés dans la revue Liaison.

 

Votez pour votre Prix Coup de cœur

N’oubliez surtout pas de voter pour votre œuvre littéraire favorite dans les bibliothèques participantes. Vous avez jusqu’au 11 novembre pour vous prononcer sur le Prix Coup de cœur littéraire 2016 de la Ville de Gatineau qui sera remis au Gala Les Culturiades le 18 novembre prochain.

 

[maxbutton id= »2″]

(Visited 9 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *